18. Pas de l'ange - Abbatiale de Fécamp

Aller au contenu
Abbatiale
18-   Le Pas de l’Ange
Pas de l'Ange
Le « Pas de l’Ange » petite construction gothique commandée par l’abbé Gilles de Duremort en 1420, qui évoque une des légendes de l’abbaye en rapport avec la consécration de l’église en 938.
Et aujourd’hui nombreux sont les visiteurs qui s’arrêtent pour voir la pierre et suivre de la main, la marque profonde d’un pied…celui de l’ange. Et la tradition que l’autre pied avait laissé sa trace dans une autre pierre qui fut insérée dans les fondations de l’église reconstruite au XIIe siècle.
  Le duc, Guillaume Longue-Épée est là, ainsi que l’Archevêque de Rouen, les chanoines, toute la Cour et la foule des fidèles. La scène est représentée sous la voûte. Alors que rien n’est encore décidé, un vieillard, tout de blanc vêtu, fend la foule, se dirige vers l’autel et y pose un couteau dont la lame porte l’inscription «  au nom de la sainte et indivisible Trinité », puis il disparaît dans les airs en laissant dans la pierre l’empreinte de son pied. Le message est clair… la collégiale aura pour nom la Sainte-Trinité de Fécamp. Ce  « Pas de l’Ange » est ainsi transmis de siècle en siècle.
Retourner au contenu