22. Chapelle des Saints-Patrons - Abbatiale de Fécamp

Aller au contenu
Abbatiale
21-   Chapelle des Saints-Patrons ou des Saintes Reliques
XIIIe siècle, primitivement de Saint-Jean-Baptiste, puis du Saint-Sacrement
Cette chapelle prit le nom des Saints-Patrons lorsqu’en 1864 on y posa trois grandes verrières représentant les patrons des anciennes paroisses de Fécamp.
Ces œuvres sont dues au maitre-verrier parisien Lusson. Au centre : la Cene et le Calvaire. À gauche : saint Waninge (fondateur de l’abbaye du VIIe siècle), saint Nicolas, saint Léger et saint Benoît. À droite : saint Fromond, saint Valéry, saint Thomas et saint Ouen. Au bas, les blasons de Fécamp et de la congrégation de Saint-Maur.

Cliquez sur les vitraux qui se succèdent ci-dessous pour les voir agrandis. (Ouvre une nouvelle fenêtre)
  • Blason de Fécamp
  • Blason de la congrégation de St-Maur
  • La Cene
  • St Waninge et Saint Nicolas
  • Le Calvaire
  • St Fromond et St Valery
  • St Léger et St Benoit
  • St-Thomas et St-Ouen
L’autel, dû à l’architecte Barthélemy, date de 1865, tout comme les reliquaires exécutés par l’orfèvre parisien Fédile, (ils ont été volés il y a quelques années). À droite, une piscine-crédence de la fin du XIIIe siècle présente deux belles ogives.
Le tombeau de Thomas de Saint-Benoît (début du XIVe siècle), douzième abbé de Fécamp (1297-1307). Son gisant, privé aujourd’hui de sa tête, repose, sous un enfeu, à droite. L’abbé foule aux pieds une chimère, sa tête est abritée sous un dais, un ange veille à son repos.
Les bas-reliefs représentent les légendes relatives à la fondation de l’abbaye : apparition du cerf au duc Anségise, songe de Waninge, arrivée à Fécamp de l’abbesse Hildemarque, massacre des religieuses par les Danois, pose de la charpente miraculeuse, épisode du « Pas de l’ange »
Autel, chapelle des St-Patrons
À remarquer, au fronton de la clôture de cette chapelle, une représentation de la tète de saint Jean Baptiste sur le plat de Salomé : un sujet religieux contrastant avec la décoration le plus souvent profane de ces clôtures.
Retourner au contenu